Une journée dans l’intersaison de Daniel Ricciardo
Pilote de Formule 1 pour Renault F1 Team

Décrivez-nous votre journée type durant l’intersaison...
La pause en F1 coïncide avec l’été australien, donc je commence généralement par ne pas mettre de réveil. Dès que je suis levé, j’essaie d’abord de me rendre à la plage comme on y trouve de bons cafés et restaurants. Être au soleil à la plage aide vraiment à lancer idéalement sa journée. Je passe ensuite du temps avec ma famille et mes amis, ou peut-être à la ferme faire un peu de buggy avant d’admirer le coucher du soleil. Nous partons aussi pêcher parfois et c’est toujours amusant.

Qu’appréciez-vous le plus pendant cette période ?
La météo ! Et, après une année tellement chargée par les voyages, c’est génial de se réveiller sans avoir trop de projets pour la journée.

Quel est votre meilleur souvenir durant une intersaison ?
Je suis allé une fois pêcher avec un groupe d’amis vers 4h15. Il faisait nuit noire dehors, mais c’était vraiment spécial d’être sur l’eau si tôt et d’attendre l’aube.

Qu’aimez-vous le moins pendant la pause ?
Il y a peu de choses déplaisantes, mais la course et le contact avec l’équipe vous manquent. Plus on se rapproche du début de la saison, plus l’excitation monte.

Si vous deviez choisir un truc que vous n’avez pas fait auparavant durant la pause, que serait-ce ?
Surfer. Je ne l’ai fait que quelques fois. Chaque été, je me dis que je vais m’y remettre, mais je n’y arrive jamais. J’ai aussi peur des requins, ce qui me décourage parfois.

Vous concentrez-vous sur un domaine en particulier dans votre entraînement ?
Je ne me focalise pas sur un seul aspect, la pause est assez longue et nous laisse suffisamment de temps pour tout faire. Il faut renforcer le cardio, la force globale et le cou. Nous planifions la majorité des activités en extérieur, donc le cardio est toujours plaisant en courant le long de la plage sous le soleil et dans la chaleur. Le VTT est également amusant et très accessible près de chez moi en Australie.

Suivez-vous un type de régime ou de plan nutritionnel particulier durant la présaison ?

Pendant la pause, je suis conscient que plus je me laisse aller, plus je devrais travailler pour tout récupérer. Je tente quand même d’être le plus détendu possible à ce sujet. Dès que l’on est en janvier, j’essaie de réduire ma consommation de viande et d’augmenter les légumes dans mon alimentation.

Avez-vous des conseils de présaison pour les jeunes pilotes ?
Il faut trouver un équilibre, car on doit faire beaucoup de choses tout en essayant de ne pas atteindre notre pic de forme trop tôt dans notre phase d’entraînement. Mon conseil serait de commencer avec peu d’intensité et de se montrer patient. Les exercices pour le cou sont également cruciaux pour les pilotes puisque cette partie du corps est très utilisée et très fragile. En ce qui concerne le cardio, il ne s’agit pas de sprinter le plus vite possible. On doit construire une base solide que l’on renforce avec de longues sorties à pied ou à vélo.

Compartir