Pour la quatrième année consécutive, la Formule Renault Eurocup se produira en ouverture du Grand Prix de Monaco de F1. Dans cet écrin offert par Renault Sport Racing, les jeunes espoirs disposeront de deux courses pour démontrer toute l’étendue de leur talent sous les yeux de l’élite du sport automobile !

Figurant parmi les rendez-vous les plus atypiques d’un calendrier qui se conclura par une course de nuit à Abu Dhabi, Monaco avait consacré Alain Couderc, Didier Pironi et Dany Snobeck entre 1973 et 1977 avant que Sacha Fenestraz, Will Palmer, Alex Peroni et Charles Milesi ne prennent la relève depuis 2016.

Cette année, le défi sera plus relevé que jamais avec une monoplace plus large, plus longue, plus puissante et pardonnant encore moins la moindre erreur entre les rails. Une seule chose est sûre cependant : au moins un pilote ajoutera son nom au prestigieux palmarès monégasque !

Premières tendances confirmées ?

Auteur d’un doublé à Silverstone, Oscar Piastri (R-ace GP) s’est emparé des commandes du classement général avant d’arriver à Monaco. Si le circuit tracé par Antony Noghès ne lui avait pas trop réussi, l’Australien entend prolonger sa belle série grâce à l’expérience de son équipe, victorieuse avec Charles Milesi il y a douze mois.

Le groupe de chasse est actuellement mené par Victor Martins (MP Motorsport), assurément l’un des hommes à suivre ce week-end. Troisième des deux courses en 2018, le Français de la Renault Sport Academy vise cette fois la plus haute marche du podium pour offrir à son écurie un deuxième succès princier après celui d’Alex Peroni acquis l’an passé.

Tout comme Oscar Piastri, Alexander Smolyar (R-ace GP) veut s’appuyer sur le passé de son équipe à Monaco pour s’illustrer et revenir sur son équipier. Cet objectif est d’ailleurs partagé par Ugo de Wilde (JD Motorsport). Premier vainqueur de la saison, le Belge espère s’adapter rapidement aux spécificités monégasques après avoir conquis deux podiums dans les rues de Pau en Championnat de France F4.

Un peloton extrêmement dense

En tête chez les rookies, Ugo de Wilde doit néanmoins se méfier des concurrents lancés à sa poursuite, menés par Kush Maini (M2 Competition) et Lorenzo Colombo (MP Motorsport).

Si l’Indien s’apprête à découvrir la magie des tracés urbains contrairement à l’Italien, ses performances et sa régularité depuis le début de la saison en font l’un des prétendants les plus sérieux sur ce rendez-vous. Il en va de même pour Leonardo Lorandi et João Vieira, dont l’équipe JD Motorsport est la seule à avoir déjà placé tous ses pilotes dans le trio de tête cette année.

Caio Collet (R-ace GP) pourrait également être l’un des principaux clients à la victoire. Double vainqueur à Pau l’an passé en Championnat de France F4, le Brésilien de la Renault Sport Academy monte progressivement en régime et compte bien le démontrer sous le regard des pontes de Renault F1 Team.

Dans la foulée de son premier podium en Formule Renault Eurocup, Bhaitech Racing veut récidiver avec Petr Ptáček ou Federico Malvestiti, avide de rebondir au plus vite après être revenu bredouille de Silverstone.

Malgré son expérience, Callan O’Keeffe (FA Racing by Drivex) n’a jamais roulé sur un circuit en ville. Le Sud-Africain essaiera cependant de confirmer les progrès de son équipe, soulignés par une deuxième ligne et deux huitièmes places à Silverstone. Dans les points sur les deux premiers rendez-vous de la saison, Patrik Pasma (Arden Motorsport) et Yves Baltas (M2 Competition) arrivent également avec de grosses ambitions à Monaco.

Retours gagnants ?

Absents à Silverstone en raison de leur double programme avec le Championnat FIA de Formule 3, Sebastián Fernández (Arden Motorsport) et Alessio Deledda (Global Racing Series) ont l’intention de ne pas manquer leur rentrée à Monaco.

Revenus bredouilles de Silverstone, Frank Bird (Arden Motorsport) – présent à Monaco en 2017 et 2018 – et Amaury Cordeel (MP Motorsport) viseront un retour rapide dans le top dix tandis que la manche monégasque sera l’occasion pour d’autres concurrents d’ouvrir leur compteur.

Passé près des points en Grande-Bretagne, Xavier Lloveras (Global Racing Service) mettra son expérience du tracé et de la discipline à profit pour concrétiser tandis que Patrick Schott (FA Racing by Drivex) et Brad Benavides (FA Racing by Drivex) tenteront de tirer leur épingle du jeu. Enfin, Lucas Alecco Roy (M2 Competition) espèrera convertir ses débuts prometteurs il y a deux semaines à Silverstone par une première arrivée dans les dix premiers.

Prévues samedi à 10h15 et dimanche à 12h00, les deux courses de Formule Renault Eurocup seront diffusées sur la page Facebook des Renault Sport Series ainsi que sur la chaîne Youtube de Renault Sport.

En bref

  • 2 Pour la seule fois de la saison, les concurrents seront répartis en deux groupes de qualifications. Les pilotes du groupe le moins rapide occuperont les places impaires sur la grille samedi, ceux du plus rapide s’installeront sur les mêmes places dimanche.
  • 3 Trois catégories monoplaces seront présentes à Monaco : le Championnat du Monde FIA de Formule 1, le Championnat FIA de Formule 2 et la Formule Renault Eurocup.
  • 30 minutes plus un tour. Les courses monégasques seront désormais aussi longues que les autres du calendrier.
  • 100 %. L’auteur de la pole position s’est toujours imposé à Monaco depuis le retour de la Formule Renault Eurocup en Principauté en 2016.
  • 1973, l’année de la première course de Formule Renault organisée à Monaco.

Programme

Jeudi 23 mai 2019

8h00–8h50 Essais libres

Vendredi 24 mai 2019

7h55–8h25 Qualifications – Groupe A

8h33–9h03 Qualifications – Groupe B

Samedi 25 mai 2019

10h15–10h50 Course 1

Dimanche 26 mai 2019

12h00–12h35 Course 2

Liste des engagés

Compartir