Précieux souvenirs - Q&A with Esteban Ocon

Spa-Francorchamps a offert à Esteban Ocon certains de ses meilleurs souvenirs en Formule 1. De ses débuts en 2016 à son top trois en qualifications en 2018, le Français se prépare à ces retrouvailles et il entend bien briller cette semaine.

Pourquoi Spa-Francorchamps est-il un tracé si difficile ?
C’est un circuit exigeant sur le plan des performances et les trois secteurs sont tous très particuliers. Je pense que nous pouvons être performants à Spa. Tout peut arriver pendant la course, donc ce sera un week-end intéressant et nous nous efforcerons de faire de notre mieux.

Cet endroit qui a une résonance particulière pour vous avec vos débuts en F1 en 2016 et votre troisième temps en qualifications en 2018. Quels souvenirs en gardez-vous ?
J’y ai fait mes débuts en Formule 1, donc Spa est plein de bons souvenirs. Je dirais que c’est un circuit unique pour le développement d’un pilote. Je me souviens que tout me semblait immense avec ces virages légendaires lors de ma première année en monoplace. Ensuite, plus vous grimpez les échelons dans les formules de promotion, plus vous ressentez la différence année après année jusqu’à votre arrivée en F1. C’était le lieu adéquat pour débuter en F1 ! Bien sûr, ma troisième position sur la grille est l’un de mes meilleurs souvenirs à ce jour. C’est arrivé à un moment crucial où je devais prouver que je méritais une place en F1. Ce top trois avec Lewis [Hamilton] et Sebastian [Vettel] était quelque chose de spécial.

Comment évaluez-vous les trois dernières courses ?
C’était bien de repartir avec des points en poche même si nous les avons manqués en Espagne. La voiture offrait de bonnes sensations à Silverstone et nous avons clairement fait un pas en avant depuis la Hongrie. Nous avons encore un peu de travail à faire, mais je sais que nous y arriverons. J’ai de nouvelles pièces sur ma monoplace qui devraient améliorer les performances. J’attends cela avec impatience et je me sens revigoré et prêt à reprendre le volant après une semaine de pause.

Compartir