Pas à pas - Q&A avec Esteban Ocon

Esteban Ocon a marqué de bons points dès son retour en Formule 1. Le Français se concentre désormais sur le Grand Prix de Styrie disputé ce week-end.

Comment vous sentez-vous avec ces points dès votre retour ?
C’est vraiment satisfaisant d’être dans les points dès ma première course avec l’équipe. Ce sont les premiers de Renault en Autriche depuis son retour en F1, donc cela fait plaisir tout en démontrant le travail effectué par tout le monde. Cela faisait un moment que je ne m’étais pas placé sur la grille, donc je suis ravi de conclure ma reprise avec une petite récompense en poche. Mon départ n’était pas idéal, mais nous avons évité les soucis, nous sommes restés dans la course et nous avons réussi à remonter dans les huit premiers. Nous savons qu’il y a des détails sur lesquels progresser, mais nous avons une chance de faire encore mieux cette semaine.

Qu’avez-vous appris au cours de ce premier Grand Prix ?
Tout d’abord, la voiture s’est bien comportée tout au long du week-end et les évolutions ont fonctionné comme l’équipe le prévoyait. C’est un bon pas en avant depuis les essais et nous allons assurément dans la bonne direction. Nous avons perdu un peu de temps de piste vendredi et à nouveau samedi. Nous n’avons donc pas eu la meilleure des préparations pour les qualifications. Il était important d’être un peu plus haut sur la grille, mais nous avons trouvé des choses à améliorer dans certains domaines. Ce vendredi, les essais nous donnent la chance de travailler sur ces petits détails qui devraient faire une différence.

Quels sont vos projets pour préparer ce prochain rendez-vous ?
Je me suis entraîné toute la semaine tout en me reposant un peu. Mon corps doit encore se réhabituer aux défis physiques de la course ! Il nous reste deux Grands Prix à disputer dans cette première triplette en ouverture de saison, donc le repos et la récupération sont plus importants qu’auparavant. Je vais probablement admirer le paysage avant qu’il ne soit temps de se focaliser sur la piste.

Compartir