Quel bilan tirez-vous de ce mois de juillet prolifique ?
« Très positif ! Après un début de saison assez catastrophique avec quatre problèmes en autant de départs, nous avons bien rétabli la barre avec trois victoires sur les quatre dernières courses. J’ai quelques regrets sur la deuxième manche de Lédenon, mais toute l’équipe GPA Racing a fait un travail remarquable pour nous permettre de signer deux doublés à Barcelone. Jordi Palomeras a même pris des points au leader. Ce n’était pas prémédité, mais tant mieux ! »

Vous connaissez bien le leader. Avantage ou inconvénient ?
« Ni l’un ni l’autre. Nous savons que Dorian est rapide et qu’il possède une avance encore confortable. De notre côté, la situation est beaucoup plus simple. Nous n’avons aucun calcul à faire et il nous faudra marquer le plus de points possible à Magny-Cours. Pour être honnête, j’avais un peu fait une croix sur le titre au soir d’Imola, donc tout ce qui arrive maintenant n’est que du bonus… Comme nous sommes aussi en course pour le titre en Espagne, je ferai tout pour aller chercher cette couronne même si nous sommes loin d’être les favoris. »

Était-ce une satisfaction d’être le meilleur français en Clio Cup Open ?
« C’était plutôt une consolation ! Cela s’était assez bien passé au Castellet, mais j’ai enclenché le pit limiter dans la deuxième course d’Hockenheim. Cela m’a fait perdre du terrain et la quatrième place à l’arrivée était un peu rageante puisque nous avions signé le meilleur tour en course. Malgré ce petit regret, c’était une superbe expérience et je remercie Renault Sport Racing d’avoir proposé un tel cadre pour nous exprimer. »

Un mot sur la future Clio Cup ?
« Les changements de génération sont toujours délicats pour les équipes, mais tout ce qui nous a été présenté va dans le bon sens, notamment la baisse des coûts à performances égales. Outre l’aspect financier qui reste le nerf de la guerre, le plus important en formules de promotion est que tout le monde dispose d’un matériel identique. Nous attendons donc de la voir en chair et en os et de l’essayer pour nous faire une opinion, mais nous avons confiance en Renault Sport. »

share